Prospérité-Investissement.com

Comment bien démarrer en Bourse ?

Comment bien démarrer en Bourse ?   

 

Faire ses premiers pas en Bourse ne s'improvise pas. Que vous souhaitiez gérer vous-même un portefeuille de valeurs ou en confier le pilotage à un établissement financier ou un trader professionnel, quelques notions de base sont indispensables pour éviter les erreurs classiques.

Pour votre projet d'investissement, je peux vous accompagner étape par étape pour faciliter la création et la gestion de votre portefeuille boursier. Contactez-moi ICI

 

Chaque année, de nombreux Français se laissent tenter par la Bourse. Soit parce qu'ils participent à la privatisation très médiatisée d'une société, souvent présentée comme une aubaine. Soit parce qu'ils souscrivent un Fonds Commun de Placement (FCP) pour améliorer la rentabilité de leur épargne à long terme. Ou plus simplement parce qu'ils reçoivent des titres de leur entreprise ou alimentent un compte épargne salariale via un support investi en actions. Pourtant, beaucoup avouent mal connaître le monde de la finance. D'où parfois des déceptions qui n'auraient pas lieu d'être si, avant de débuter en Bourse, ils s'étaient informés.

Avant d'acheter une action, ou de souscrire un FCP, chaque épargnant doit déterminer ses objectifs et, pour éviter les désillusions, suivre quelques règles d'or qui ont fait leurs preuves.

 

Mesurer le risque :

Un placement boursier peut se révéler très rentable. Les performances des dernières années en témoignent.

Le CAC 40, l'indice des grandes valeurs de la Bourse de Paris, a progressé de + 38,84 % en 5 ans :

+ 8,53 % en 2015

+ 4,86 % en 2016

+ 12,94 % en 2017

- 13,86 % en 2018

+ 26,37 % en 2019

 

Le SP500, l'indice de 500 grandes sociétés sur les Bourses aux Etats-Unis, a progressé de + 48,76 % en 5 ans :

+ 0,12 +9% en 2015

+ 9,63 % en 2016

+ 17,94 % en 2017

- 5,32 % en 2018

+ 26,39 % en 2019

Au bout du compte, un épargnant qui aurait investi fin 2014, aurait gagné + 38 % via le CAC 40 ou + 48 % via le SP500, cinq ans plus tard, fin 2019, pour peu que son placement boursier ait suivi la progression du CAC40 ou le SP500. Cela peut faire rêver.

Mais la Bourse a aussi connu des années noires. La 4 septembre 2000, le CAC 40 battait son record historique, en s'approchant des 7.000 points, après plusieurs années de hausse. Hélas, dans les deux années qui ont suivi, la Bourse s'est effondrée et cet indice a chuté de 50 %. Cela signifie qu'un épargnant qui aurait investi en septembre 2000 sur un placement répliquant le CAC 40 pour le revendre 2 ans plus tard aurait perdu la moitié de sa mise. Les investisseurs qui avaient acheté les valeurs vedettes de l'époque, dans le secteur des TMT (Technologies - médias - télécoms), ont même subi des pertes plus douloureuses encore. En 2 ans, l'action Alcatel (secteurs des télécoms) a par exemple reculé de 95 %, et France Telecom de 92 %.

Même lorsque la Bourse se porte globalement bien, comme ces dernières années, elle n'est pas à l'abri de corrections passagères sévères, comme en 2008, où le CAC 40 a chuté de 42,68 % en une seule année. Et dans certains cas, la déprime peut être durable, à l'image de la Bourse japonaise, peu brillante pendant plus d'une décennie. Investir en Bourse, c'est donc aussi assumer ces risques, et chercher à les maîtriser.

 

Miser sur le long terme :

Un placement boursier est un pari dont on peut réduire le risque, à condition de disposer de temps devant soi. Un spéculateur audacieux qui place en Bourse l'argent dont il aura besoin d'ici à quelques mois pour acheter sa résidence principale, payer ses impôts ou financer les études des enfants se met en danger. Si la Bourse est en mauvaise posture quand arrivera le moment de régler ces dépenses, il devra revendre ses placements boursiers à un moment défavorable et subir sans doute une perte en capital. Une situation qui peut le mettre en difficulté. A contrario, l'épargnant qui investit en Bourse seulement les sommes dont il est certain de n'avoir aucun besoin à court terme regardera l'avenir avec plus de sérénité. Il attendra que le marché soit en bonne forme pour revendre, profitera pleinement des périodes de hausse et optimisera ses gains. A long terme, la performance moyenne annuelle de son placement a de bonnes chances d'être supérieure à celles des invesissements sans risque (livrets,etc..).

Sur combien d'années est-il raisonnable d'envisager un placement boursier pour se retrouver dans cette situation confortable ? Cela dépend de la nature de l'investissement. Dans les établissements financiers, certains FCP dits "prudents" ou "équilibrés" sont proposés pour un investissement d'une durée de 2 à 5 ans. Cette durée est conseillée, car, sur cette période, le risque de supporter une perte en capital est en principe faible. Pourquoi ? Parce que ces fonds comptent bien sûr une part d'actions, mais aussi des obligations ou des placements monétaires, moins volatils que la Bourse.

Les épargnants qui ne souhaitent pas seulement protéger leur capital mais surtout attendre que la Bourse leur soit profitable pour maximiser leurs gains doivent plutôt envisager d'investir pendant 7 à 10 ans, voire davantage. Cela leur donnera le temps de tirer parti des cycles boursiers.

 

Investir à contre-cycle :

Pour gagner en Bourse, l'idéal consisterait à acheter des titres lorsque les cours sont au plus bas et à les vendre au plus haut, c'est-à-dire investir au "bon" moment, quand la Bourse à décliné, pour profiter des prix d'achat les plus attrayants. Mais il faut du courage ! Quand la tendance est à la baisse, impossible de savoir où la chute s'arrêtera et combien le titre perdra avant de repartir. C'est pourquoi, trop souvent, les épargnants procèdent exactement à l'opposé. Ils commencent à s'intéresser à la Bourse quand elle monte déjà depuis plusieurs années, et que les placements boursiers affichent de belles performances passées. Et quand le vent tourne, quand les marchés s'effondrent, pris de panique, ils revendent à perte leurs actions, FCP ou autres. Ou du moins cessent d'investir. Ils ratent ainsi le rebond qui en général suit la chute.

Sans prétendre savoir acheter au plus bas et vendre au plus haut, les professionnels eux-mêmes y parviennent rarement, il est sage de se fixer une ligne de conduite et de s'y tenir : ne pas tout brader au premier revers de marché et ne pas hésiter à continuer à acheter des titres boursiers dans les périodes difficiles, à la manière de Warren Buffett. Cette stratégie sera à long terme la plus payante.

 

Diversifier le portefeuille :

L'autre méthode pour réduire le risque consiste à diversifier les placements. Miser sur une seule action (comme beaucoup d'épargnants qui ont acheté des titres à l'occasion d'une privatisation) ou même sur un seul pays est plus dangereux que de disposer d'un portefeuille exposé à un grand nombre de valeurs et de pays (préférer l'Europe à la France seule, par exemple). Lorsqu'un épargnant choisit lui-même les actions qu'il place dans son compte titres (on dit qu'il gère "en direct"), il lui est conseillé de ne pas investir plus de 10 % de son portefeuille sur un même titre et aussi de veiller à répartir ses achats sur plusieurs secteurs géographiques ou d'activité. Car s'il achète 3 actions de sociétés immobilières et 3 valeurs pétrolières, il aura concentré son portefeuille sur la pierre et le pétrole au lieu de le diversifier !

Inconvénient : cette méthode exige de posséder un capital à placer, car il faut disposer des moyens d'acheter plusieurs actions différentes. Mais cela peut se faire aussi progressivement.

Quels conseils donneriez-vous aux personnes intéressées pour investir en Bourse pour la 1ère fois ? Faites-nous part de vos réflexions en laissant un commentaire !

Le marché d'aujourd'hui regorge de nombreuses opportunités pour l'investisseur avisé. Je vous propose de vous accompagner dans votre planification financière. Mes formations vous présenteront des stratégies éprouvées qui peuvent vous aider à démarrer votre carrière d’investisseur prospère.

Envie d'être prospère ? Apprenez comment en rejoignant notre communauté d'investisseurs prospères ici.

Pour en savoir plus sur ce sujet : Cliquez-ici !

A propos de l'auteur

JEREMY MATRAS

JEREMY MATRAS


Ces articles peuvent vous intéresser

Comment décrypter l'évolution d'un cours de Bourse ?

Comment bien démarrer en Bourse ?      Que le cours de Bourse d'une société monte ou fléchisse, il convient, avant d'acheter ou de vendre, d'...

Lire la suite

Les 9 règles d'or pour gagner en Bourse

Les 9 règles d'or pour gagner en Bourse      Il n'est pas nécessaire d'être fortuné pour investir en Bourse. Beaucoup d'épargnants, jeu...

Lire la suite

Comment bâtir un portefeuille boursier ?

Comment bâtir un portefeuille boursier ?      Tout épargnant peut investir en Bourse, qu'il aime gérer son portefeuille ou non, qu'il ait du temps &agr...

Lire la suite

Combien acheter de titres en bourse ?

Combien acheter de titres en bourse ?...

Lire la suite

ARRÊTEZ DE MOYENNER A LA BAISSE !

ARRÊTEZ DE MOYENNER A LA BAISSE !...

Lire la suite

GÉREZ VOS RISQUES !

GÉREZ VOS RISQUES !...

Lire la suite

IL NE FAUT PAS COURIR PLUSIEURS MOUTONS A LA FOIS !

IL NE FAUT PAS COURIR PLUSIEURS MOUTONS A LA FOIS !...

Lire la suite

GÉREZ VOS ÉMOTIONS !

GÉREZ VOS ÉMOTIONS !...

Lire la suite

DIVERSIFIEZ VOTRE PORTEFEUILLE !

DIVERSIFIEZ VOTRE PORTEFEUILLE !...

Lire la suite

"SELL IN MAY AND GO AWAY !"

"SELL IN MAY AND GO AWAY !"...

Lire la suite

TOUT VIENT A POINT A QUI SAIT ATTENDRE !

TOUT VIENT A POINT A QUI SAIT ATTENDRE !...

Lire la suite