Prospérité-Investissement.com

Comment j’ai acheté 2 immeubles en 3 mois à 27 ans, et empoché 100.000 € en 4 ans !

Dès mon plus jeune âge, je me suis intéressé à la finance. Pourtant rien ne m’y prédisposait !

Né de parents ouvriers, mon père travaillait dans le secteur du bâtiment et ma mère dans la confection. Les fins de mois étaient souvent difficiles !! Ils sont propriétaires d’une maison à la campagne dans un village de 250 habitants, sans commerce, ni école, à 60 kms de la première préfecture.

Mon entourage, ma famille, les amis de mes parents ou les parents de mes amis, je ne disposais d’aucun exemple d’indépendance financière ou de personne ayant investis (en Bourse ou en Immobilier).

Je ne souhaitais pas ressembler financièrement à mes parents, et être obliger de compter chaque semaine pour éviter de finir le mois dans le rouge ! Mes parents étaient obligés de se limiter dans leurs achats ou pour aller en vacances. Cependant, je n’étais pas malheureux, j’avais tout le nécessaire. Je mangeais à ma faim, j’étais correctement habillé, nous partions en vacances au camping et quelques fois aux sports d’hiver. Cependant, il n’y avait jamais de superflu, pas de restaurant, pas de jouet supplémentaire, car tout était compté et il fallait faire des choix.

Mais comment faire ? Il fallait que je trouve une solution !

Le déclic s’est passé au lycée, lorsque j’ai rencontré d’autres jeunes dont les parents avaient une capacité financière importante. Des parents apportaient leurs enfants en Porsche ou en gros 4X4 !

Mais que faisaient-ils professionnellement ? Comment avaient-ils fait pour obtenir cet argent ? Voilà les questions que je me posais à l’époque. A partir de 16 ans, je me suis donc intéressé à ces personnes qui gagne de l’argent et aux moyens d’en percevoir. Je posais des questions à certains élèves, qui me parlaient que leurs parents étaient chef d’entreprise et qu’ils détenaient des placements, à la banque, en Bourse, en Immobilier.

A 17 ans, j’ai ouvert mon 1er compte titre et j’ai commencé à lire la revue «Investir » que je récupérai tous les samedis matin dans mon agence bancaire lorsque je revenais du lycée. (J’étais interne) C’est en lisant cette revue et comme autodidacte, que j’ai acheté mes premiers titres en Bourse, avec des gains et des pertes. Je n’avais que 1.500 € à placer durement gagner et épargner depuis ma naissance, car je n’avais pas d’argent de poche. Et en analysant les titres, leurs potentiels, j’arrivais à gagner plus que je ne perdais. Cependant, avec mon petit capital, il fallait une bonne plus-value pour absorber les frais de courtage d’achat et de vente que me prélevaient ma banque. Je suivais mes titres sur du papier millimétré semaine après semaine, car je n’avais pas d’ordinateur et encore moins d’ADSL. C’était en 1993.

Au fur et à mesure, j’engrangeais de l’expérience et évitais les erreurs du débutant. Je faisais attention aux types d’ordre que je passais. J’apprenais à acheter et à vendre au bon moment. A sélectionner les secteurs et les titres qui étaient susceptibles de grimper le plus.

Et puis après des études de comptabilité-gestion et de commerce, j’ai commencé à travailler dans le secteur bancaire. J’avais donc un revenu fixe avec les charges fixes qui allait avec (loyer, nourriture, électricité, impôts, etc…). Je pouvais en théorie investir plus !

J’avais la chance d’avoir un CDI, d’avoir une certaine indépendance (c’est ce que je croyais). En fait, j’étais dépendant de mon employeur et de mon propriétaire. Il fallait à nouveau que je trouve une nouvelle solution pour augmenter mes ressources et mon indépendance financière. Car avec mon faible revenu, je gagnais 1.100 € net par mois ! Je pouvais peu épargner pour investir en Bourse. En discutant avec des clients qui avaient une épargne importante et des revenus passifs, j’ai compris la voie que je devais prendre : l’Immobilier !

Il fallait que j’investisse dans l’Immobilier !! Mais comment m’y prendre. Je n’avais aucun apport, un faible revenu, avec des charges fixes et je n’y connaissais rien !!

J’ai décidé dans parler à mon père qui travaillait dans le bâtiment, il pourrait certainement de conseiller. Mes parents m’ont pris pour un fou ! Ils me l’ont déconseillé. J’ai eu le droit à toutes les excuses possibles : « tu es trop jeune », « tu es locataire », « c’est pour les riches », « commence par acheter ta résidence principale », « mets de l’argent de côté » et surtout « ne compte pas sur nous pour nous porter caution pour toi !! ». Cette dernière m’a fait très mal et j’ai alors compris qu’il faudrait que je me débrouille seul si je voulais devenir financièrement indépendant !!

Ayant un peu de caractère, j’ai décidé de continuer à m’auto-former sur l’immobilier. J’ai rencontré plusieurs agences immobilières de la ville où j’habitais pour écouter les conseils qu’elles pouvaient m’apporter. J’ai lu le livre « Père riche, Père pauvre » de Robert Kiyozaki, qui m’a ouvert les yeux et permis de trouver les solutions à mes problèmes. Je savais maintenant que c’était possible et les techniques et moyens qu’il fallait que j’utilise pour accéder à mon indépendance financière. Et en murissant mon projet et en faisant quelques calculs, beaucoup de calculs afin de trouver LA SOLUTION POUR INVESTIR SANS APPORT, SANS RISQUE ET EN ETANT LOCATAIRE, j’ai mis au point une stratégie pour acheter mon 1er bien immobilier.

C’est en 2003, que j’ai acheté mon 1er immeuble de 2 appartements et 2 boutiques en rue piétonne du centre-ville de la ville où j’habitais. Et 4 mois plus tard, j’achetais mon 2ème immeuble avec 6 appartements !

A 27 ans, je devenais propriétaire de 10 logements à gérer seul !

Il me fallait maintenant gérer ses 10 locataires avec les états des lieux d’entrée et de sortie, les ampoules à changer, les travaux, etc…

La vie n’étant pas toujours rose et étant autodidacte, il m’a fallu apprendre à gérer les locataires, les impayés et les expulsions au tribunal.

Cependant, la différence entre le montant total des 10 loyers que je percevais et les remboursements de prêts à rembourser à la banque, me permettait d’obtenir un delta de 455 € sur le 1er immeuble et 500 € sur le deuxième immeuble, soit 955 € de revenus passifs complémentaires !

Ces revenus me permettaient de payer mes impôts fonciers, mes vacances, etc… Et surtout de pouvoir épargner et investir en Bourse. J’économisais environ 50 % de cette somme, soit 500 € par mois que je plaçais en Bourse, afin de me créer de nouveaux revenus passifs.

Au bout de quelques années, mes parents ont vu ma détermination, mon passage à l’action et mon pouvoir d’achat qui grandissait. Ils ont alors compris et m’aidaient dans les travaux d’entretien entre deux locataires. Mon portefeuille boursier augmentait en je commençais à acquérir une réelle expérience et expertise en Bourse. J’avais changé de courtier pour pouvoir passer mes ordres de bourse en ligne via internet directement de chez moi. J’arrivais à obtenir une plus-value annuelle d’environ 15 % par an.

En 2007, j’ai pressenti que la crise arrivait. J’ai donc décidé de vendre mes biens et prendre ma plus-value (à tort peut-être). J’ai vendu un premier immeuble, puis le deuxième quelques mois plus tard en empochant une plus-value totale nette de 100.000 € en 4 ans !

Je venais d’obtenir le premier palier de mon INDEPENDANCE FINANCIERE !

Maintenant que j’avais cet argent, et la crise arrivant à grand pas, que pouvais-je en faire ?

La Bourse me paraissait trop risquée pendant la crise et l’immobilier aussi ! Etant célibataire, j’ai décidé d’investir dans une maison dans un secteur où la crise aurait peu d’impact sur le prix de l’immobilier, comme résidence principale et d’attendre que la crise passe.

Il fallait que je trouve à nouveau une bonne affaire, afin d’essayer de créer une plus-value à la revente. Quelques mois plus tard, une occasion se présente. Un couple avec deux enfants vendent leur maison pour partir dans le sud pour raison professionnelle et sont pressés de vendre. Je fais appel à mes parents pour un contre avis. Cette fois, je savais qu’ils seraient ravis de savoir que j’investi dans ma résidence principale. J’achète cette maison !

2 ans après, je rencontre la femme de ma vie qui était locataire. Après quelques mois et discutions sur notre projet commun, nous souhaitions vivre dans un bien commun neutre, c’est-à-dire où nous pourrions arriver ensemble dans un bien, sans être obligé de vivre « chez l’autre », de faire une place chez soi. Nous avons donc décidé de louer une maison, de quitter son appartement et de vendre ma résidence principale. Je me retrouvais donc avec mon capital de 100.000 € à réinvestir !!

En 2009, la crise était passée et je pouvais donc réinvestir en bourse et en immobilier. Plusieurs choix s’offraient donc à moi. Il fallait que je fasse les bons. J’ai investi une partie de mon capital en bourse et garder quelques liquidités, racheté un nouvel appartement où il y avait beaucoup de travaux à réaliser afin réduire mes impôts sur le revenu en utilisant la loi « Malraux » (voir mon article : « MERCI Monsieur HOLLANDE ! »)

En 2012, je me suis marié.

En 2013, nous avons eu notre fils.

En 2014, nous avons acheté notre résidence principale….

Et nous vivons heureux…..

A propos de l'auteur

JEREMY MATRAS

JEREMY MATRAS

Commentaires

@

Ces articles peuvent vous intéresser

6 signes d'un investissement financier prometteur

Ce sont 6 facteurs que vous pouvez utiliser pour identifier les investissements financiers prometteurs.  Actions qui sont actuellement sous-évalués. C'est un excellent e...

Lire la suite

Se lancer en tant qu'investisseur immobilier

Un message à tous les investisseurs immobiliers qui commencent à peine. En tant que nouvel investisseur immobilier, vous démarrez essentiellement votre propre entreprise - une ...

Lire la suite

11 signes que vous avez besoin d'une société de gestion immobilière

En répondant aux questions suivantes, vous devriez être en mesure de mieux comprendre s'il serait avantageux de faire appel à une société de gestion immobili&egra...

Lire la suite

5 erreurs immobilières qui tuent le succès

Regarder une entreprise s'effondrer sous vos yeux doit être l'un des pires sentiments d'un homme d'affaires. Ce n'est pas différent en matière d'invest...

Lire la suite

Comment élaborer votre plan de financement d'investissement immobilier ?

Différents prêts sont envisageables.  Vous devez maintenant monter votre plan de financement... Etablir un plan de financement solide : Déterminer votre enveloppe bud...

Lire la suite

Six règles de base d'investissement !

Le passage d'un employé ou d'un travailleur indépendant à un propriétaire d'entreprise ou à un investisseur averti est un peu comme celui d'une cheni...

Lire la suite

3 façons simples de commencer à investir aujourd'hui !

Faire le premier pas est souvent le plus dur sur toute nouvelle voie. Alors, voici quelques façons dont vous pouvez commencer à investir - choisissez celui qui résonne avec vous e...

Lire la suite

Principe de base : ADA

L'ADA est un concept fondamental et un signe de haute intelligence financière. En utilisant à la fois une bonne dette et ADA, vous pouvez augmenter considérable...

Lire la suite

5 types d'obligations à connaître

En conséquence, les obligations peuvent être scindées en 7 groupes différenciés selon le type d’émetteur. Les voici : obligations du Tré...

Lire la suite

La Richesse est la connaissance

Pourquoi ce que tu sais, pas ce que tu as, te rend riche Avez-vous déjà entendu quelqu'un dire qu'il aurait aimé avoir un million de dollars ? Ensuite, ils seraient ric...

Lire la suite

Embaucher la bonne société de gestion immobilière

Une fois que vous avez décidé de demander les services de gestion immobilière pour vos opérations immobilières, il est essentiel de choisir la sociét&eac...

Lire la suite